Ofon 2 : Améliorer l’empreinte environnementale de nos installations pétrolières

Sur un champ pétrolier, la production de pétrole brut s’accompagne de la production de gaz dits « associés ». Pour améliorer son empreinte environnementale, Total a rejoint en 2014 l’initiative de la Banque mondiale visant à éliminer le brûlage continu de ces gaz d’ici 2030. Le Groupe a déjà réduit de 50% le brûlage sur le périmètre opéré entre 2008 et 2015 (hors démarrages), réduisant ainsi significativement les émissions de gaz à effet de serre de ses installations. Sur le champ d’Ofon, au Nigéria, le brûlage continu a été complètement arrêté en décembre 2014.

 

  • central_proof_ofon_1_FR

    Vue globale d’Ofon 2 en image de synthèse (Nigéria).
    Grâce à l’amélioration des installations sur le champ d’Ofon, le brûlage continu de gaz associés a été arrêté depuis décembre 2014.

  • Anita George, directrice du pôle Énergie et Industries extractives de la Banque mondiale, aborde les enjeux de l'initiative de la Banque mondiale visant à supprimer le brûlage continu d'ici 2030 et l'implication de Total.

    Interview d'Anita George (Banque mondiale)

    Anita George, directrice du pôle Énergie et Industries extractives de la Banque mondiale, aborde les enjeux de l'initiative de la Banque
    mondiale visant à supprimer le brûlage continu d'ici 2030 et l'implication de Total.

  • La valorisation des gaz associés permet à Total de réduire le brûlage sur ses installations. C'est ce qui a permis d'arrêter notamment le brûlage continu sur le champ d’Ofon.

    Réduire le brûlage des gaz associés

    La valorisation des gaz associés permet à Total de réduire le brûlage sur ses installations.
    C'est ce qui a permis d'arrêter notamment le brûlage continu sur le champ d’Ofon.

Suivant Prev
  • central_proof_ofon_1_FR
  • play the video
    Interview d'Anita George (Banque mondiale)
  • play the video
    Réduire le brûlage des gaz associés

L’exemple d’Ofon 2 : une avancée significative dans l’arrêt du brûlage continu

Depuis 2000, le brûlage continu des gaz associés a été supprimé sur tous les nouveaux projets d’exploration et production de Total, et les équipes vont plus loin en optimisant également les installations existantes, comme l’illustre la phase 2 du développement du champ pétrolier d’Ofon. Situé à 60 km des côtes nigérianes par 40 mètres de profondeur, Ofon est initialement entré en production en 1997. Depuis décembre 2014, le brûlage continu des gaz a été complètement arrêté sur ce champ. Cela a permis d’éviter le brûlage de 1 000 000 mètres cubes par jour (m3/j) de gaz en conditions normales d'opération, ce qui représente une réduction de 10% du volume de gaz brûlé par l’ensemble de nos activités d’Exploration-Production. C’est une avancée majeure dans notre engagement pour un futur énergétique meilleur

Réutiliser les gaz associés pour maîtriser l’impact environnemental

Grâce à l’amélioration des installations d’Ofon, les gaz associés à la production de pétrole brut sont désormais réutilisés de trois manières différentes : 

  • ils rejoignent la filière classique de production de gaz naturel, en contribuant à l’approvisionnement de l’usine de gaz naturel liquéfié de Bonny. La majeure partie des gaz associés d’Ofon est exportée via un nouveau pipeline de 70 km jusqu’au hub gazier offshore d’Amenam pour être ensuite réexpédiée à terre jusqu’à l’usine de Bonny, au sud du Nigéria ;
  • ils permettent d’améliorer le taux de récupération du pétrole brut dans le gisement, une partie des gaz étant recyclée pour l’activation des puits par gas-lift.
  • ils permettent d’autoalimenter les installations en électricité, une petite partie des gaz  étant utilisée comme énergie pour la production électrique. La chaleur des gaz d’échappement des turbines générant l’électricité est aussi récupérée et réutilisée dans la chaîne de traitement du pétrole sur site.

La phase 2 d’Ofon prévoit également le forage de 24 nouveaux puits. Trois puits ont déjà été réalisés à partir des installations existantes et 21 nouveaux puits seront forés à partir des deux nouvelles plateformes puits mises en place début juillet 2016. A terme, les améliorations mises en place permettront la valorisation de trois millions de m3 de gaz  non brûlés par jour.

Lors du Global Gas Flaring Reduction Partnership1 (GGFR) Global Forum qui s’est tenu le 9 septembre 2015 en Russie, la filiale nigériane de Total a obtenu un GGFR Excellence Award, récompensant la suppression du brûlage continu sur le champ d’Ofon.

 

1 Le Global Gas Flaring Reduction Partnership (Partenariat Mondial pour la Réduction des Gaz Torchés) est une initiative de la Banque mondiale. 

Partager ce projet